Select Language

PUBLICATIONS

RECOGNISING OUTSTANDING ACHIEVEMENTS IN ENERGY

The Global Energy Prize annually honors outstanding achievements in energy research and technology from around the world that are helping address the world’s various and pressing energy challenges.

Michael Grätzel rayonne en Russie

July 11, 2017

Tribune de Geneve

Nikita Robert

Ils font briller la Suisse à l’étranger (2/6)Chercheur à l’EPFL, il est l’un des chimistes les plus connus au monde pour ses travaux sur la photosynthèse. Il vient de recevoir le Global Energy Prize à Saint-Pétersbourg.

Enfant, Michael Grätzel hésitait entre ses deux passions: le soleil et le piano. A 73 ans, il n’a aucun regret d’avoir préféré la science à la musique, les lois de la nature aux notes de solfège, la photosynthèse aux symphonies. Le chimiste de l’EPFL, Allemand d’origine, Suisse d’adoption, Russe de cœur, vient de recevoir le Global Energy Prize à Saint-Pétersbourg, un grand prix international qui est décerné chaque année par les autorités russes au Forum économique. Cette cérémonie lui a permis de réconcilier ses deux passions. La veille, en effet, entouré d’autres scientifiques, il a passé la soirée au Mariinsky. Au programme du célèbre théâtre de l’ancienne capitale impériale: Le lac des cygnes de Piotr Tchaïkovski. «Un de mes compositeurs préférés!» s’enthousiasme Michael Grätzel.

Chez lui, à Lausanne, il a un piano à queue, sur lequel il joue régulièrement ses classiques, de Chopin à Beethoven. Mais Tchaïkovski tient une place particulière dans son répertoire et dans sa vie. «Jeune, j’ai beaucoup répété son Concerto pour piano. Désormais, je m’essaie à ses Saisons…» Michael Grätzel pourrait parler musique durant des heures. Et de science pendant des journées. Ses yeux bleu vif brillent derrière de fines lunettes dorées. Ses cheveux blancs en bataille lui donnent des airs de professeur tout affairé à son sujet.

Jovial et volubile, le chimiste s’exprime pourtant d’une voix douce et calme. Car il a la tête dans les étoiles, le regard et la pensée concentrés sur la seule planète qui l’intéresse et lui vaut les honneurs du Global Energy Prize: le soleil. «Mon vrai amour, c’est le travail avec la lumière!» glisse Michael Grätzel, rencontré au Forum économique de Saint-Pétersbourg, où s’activait l’élite des affaires, réunie pour ce «Davos sur la Neva». Alors que le pétrole était au cœur des discussions et négociations entre businessmen russes et étrangers, le chercheur de Lausanne donnait une leçon sur la photosynthèse. «C’est la réaction la plus importante sur terre car elle permet de conserver l’énergie. D’une certaine manière, c’est l’exact inverse de l’autre réaction fondamentale, la respiration», explique Michael Grätzel. Le Suisse s’exprime avec la simplicité des érudits prêts à partager leur savoir avec les esprits ignorants mais curieux.

The full article is available by the link - https://www.tdg.ch/suisse/michael-graetzel-rayonne-russie/story/17099655

Developed by Brickwall